Partagez | .
 

 « Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité


MessageSujet: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Dim 4 Aoû - 17:07


Soucieux, Albus était assis dans son bureau, même s'il ressentait une joie intense de retrouver enfin son bureau à Poudlard, son esprit était ailleurs...

Depuis qu'il avait reçu une lettre de Nymphadora lui signalant l'usage d'un sortilège impardonnable de la part de Nikolaï à l'encontre de cette dernière afin de lui obliger d'accepter le poste de professeure, le vieil homme se posait milles et une questions "Ais-je fais le bon choix en acceptant Nikolaï en tant que directeur-adjoint" ; "Pourquoi lui ai-je donner la permission de choisir lui-même les professeurs ?", bref ! Comme d'habitude, Albus avait donné sa confiance trop rapidement... Il fallait qu'il apprenne à comprendre que tous les gens n'ont pas des attentions seines.

C'est donc afin de parler avec Nikolaï que Albus l'avait convoqué dans son bureau.
En s'entretenant avec le russe, Albus souhaitait en savoir plus sur ce personnage et surtout bien lui signaler qu'à présent le ministère le surveillait de très près et  qu'au moindre faux pas il risquait l'emprisonnement. 

En confiant pendant 1 mois la direction de Poudlard à cet homme, Albus avait tout d'abord cru que tout ce passerait bien mais après la lettre de Nymphadore, il en doutait.

Tout à coup, il sentit la présence de Nikolaï et en effet, ce dernier à la porte du bureau, après avoir reçu de la part d'Albus l'autorisation d'entrer, Nikolaï se dirigea vers le directeur. 

Ce dernier ne se leva même pas et sur un ton sec le salua.

Nikolaï s'assit en face du professeur Dumbledore et le salua à son tour.
Après ces salutations, Nikolaï interrogea Albus car il ne savait pas pourquoi ce dernier avait insisté pour le rencontrer le plus rapidement possible.


Revenir en haut Aller en bas


Animateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Mer 7 Aoû - 17:23

- Bonjour, Albus.

Voyant que Dumbledore semblait d'une humeur execrable, Nikolaï se cala sur le ton du Directeur pour lui répondre. Presque sèchement, et apparemment sans aucune once de politesse. Nikolaï enleva son haut-de-forme (il lui arrivait de changer de chapeau, oui), sa veste qu'il accrocha au dos du siège dans lequel il avait pris place, et se servit de sa canne pour porter son couvre-chef. La salle était meublée comme on la lui avait décrite avant la destruction d'une partie de Poudlard, et les murs étaient toujours recouverts de tableaux vivants qui chuchottaient. Malheureusement, il semblerait qu'ils parlent de lui, et cela déplaisait fortement à Nikolaï, qui se contenta de demander à Dumbledore la raison de cette convocation, raison qui lui sembla évidente quand il tourna la tête vers un portrait de Gellert Grindelwald qui jouait avec sa baguette. Amusant de voir ce portrait ici, que de souvenirs. Voir le mage noir s'amuser ainsi lui rappela le jour où Gellert avait arraché la baguette de sureau a son ancien propriétaire. Il avait eu ce même jeu de main avant de lancer un avada kedavra. Avada Kedavra. Il l'avait lancé quelques semaines plus tôt dans l'arrière boutique de l'Embulatoire. Et c'était pour ça qu'Albus voulait voir Nikolaï. Pour ce qu'il avait fait à un rat dans un pub londonien. Avant même que le directeur ne réponde, Nikolaï avait repris la parole.

- Nymphadora Tonks a eu vite fait de vous prévenir, je me doutais qu'elle le ferait. J'imagine que vous voulez des explications? Je me ferais une joie de vous les donner d'ici quelques instants, mais avant...

D'un geste de poignet, Nikolaï libéra sa baguette du harnais qui l'emprisonnait et la posa sur le bureau dans un petit claquement de bois à bois, et sortit de sa poche une petite flasque d'argent aux armoiries représentant une tete de loup devant la lune. Elle roula entre ses doigts sous la pression mesurée et controlée que ceux-ci lui imposaient, pour finir par se retrouver posée sur le bureau, juste devant Albus. Nikolai fixait intensément le récipient, sourcils froncés. Son regard se posa sur son interlocuteur, qui, bien que paraissant en colère, semblait calme face au Russe.

- Ecoutez-moi, Albus, ce que contient ce récipient doit rester un secret qui ne doit sortir de ce bureau. Il s'agit d'une question de vie ou de mort pour plusieurs centaines de personnes, dont je fais partie, mais également vous et tous ceux qui...ont rencontré une certaine personne.

Nikolai avait eu quelques problèmes dans sa jeunesse...Avant sa mort, en bref. Et il s'apprétait à révéler à Albus ce pourquoi il avait employé un sortilège impardonnable. Il savait très bien que le jeu était risqué, mais Nymphadora Tonks avait très fortement contribué à la défaite de Voldemort. En la menaçant elle, il prenait le risque d'etre pris en chasse par les aurors, mais il donnait également un avertissement à certaines personnes. Il n'avait pas peur. Et si il avait volontairement raté un auror, il ne raterait pas une des personnes qu'il avait averties indirectement.

- Ce récipient contient des éléments tenus secrets de toute une vie. Cet avada kedavra était loin de cibler Nymphadora. Je ne doute pas un isntant que vous ne compreniez POURQUOI je l'ai lancé. J'aimerais que...

Nikolaï se tut. Quelqu'un venait d'entrer dans le bureau du directeur. La jeune femme rousse avait discuté longuement avec Nikolaï, quelques semaines auparavant, et avait accepté de devenir professeur à Poudlard dans deux matières : enchantement et sortilèges. Lily Evans était la mère de celui qui avait conduit le sombre sire qu'était deveni Tom Jedusor à sa chute, et son irruption dans la salle fit se poser plusieurs questions au Russe. Devait-elle savoir ? Pourquoi ne s'était-elle pas annoncée ? Que devait-il faire ? Il ne retint que la première. Lily s'était montrée intriguée par le Russe, et assez réticente a conclure un accord avec lui. Elle avait le droit de savoir, pour peu qu'elle garde le secret. Et il n'y avait qu'un moyen pour cela. Il interrogeait Albus et Lily du regard tandis que celle-ci s'avançait dans la pièce.

-Inutile, Albus, de vous présenter notre professeur d'enchantements et de sortilèges, il me semble ? J'aimerais qu'elle voie aussi...Ce que j'ai apporté. Cependant, avant tout, il est necessaire, comme je vous le disais, directeur, que ce secret ne sorte de la pièce sous aucun prétexte. Et pour cela, il n'est qu'un moyen. Acceptez-vous l'un et l'autre de préter serment ?

_________________


défis à faire:
 


défis faits:
 
Revenir en haut Aller en bas


Auror stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Mer 7 Aoû - 18:13

Spoiler:
 

Lily se dirigea, dans le pas vif dont elle avait l'habitude, vers le bureau du directeur. Ca lui avait fait tellement bizarre de revenir entre ces murs... Mais elle tenait absolument à avoir une place dans cette école, détruite et ravagée par la sombre année où les mangemorts s'en étaient emparrés. Elle voulait en savoir plus quant à ce Nikolaï, c'est vrai, elle en convenait. Elle avait toujours été une fille curieuse, et ca lui a certainement valu sa première mort, quelque part.

Elle allait voir Dumbledore pour lui annoncer en personne son nouveau poste. Non pas pour le narguer, car se n'était dans l'interêt de personne, mais parcequ'ils avaient eu une discution pour le moins tendue la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Et ca lui semblait plus honnete de venir d'elle même s'excuser de son comportement. Elle n'avait pas été très aimable envers lui qui avait fait tant de choses pour Harry dans le passé.

- Sorbet citron ?

La guargouille trourna sur elle-même pour laisser place à l 'espace du bureau du directeur. Elle savanca vers la porte, et, après avoir pris une grande inspiration, entra dans la pièce.

Pièce où se trouvait Nikolaï et Dumbledore. C'était une scène assez mystérieuse. Nikolaï et Dumbledore regardaient tous les deux avec intensité mais aussi perplexité un petit objet posé sur la table. Lily pouvait reconnaître en mille ce flacon, car oui, c'était un flacon. Un petit fil argenté s'y baladait tranquillement. Un souvenir.

Sans même qu'elle puisse dire quoi que ce soit, Nikolaï déclara :

-Inutile, Albus, de vous présenter notre professeur d'enchantements et de sortilèges, il me semble ? J'aimerais qu'elle voie aussi...Ce que j'ai apporté. Cependant, avant tout, il est necessaire, comme je vous le disais, directeur, que ce secret ne sorte de la pièce sous aucun prétexte. Et pour cela, il n'est qu'un moyen. Acceptez-vous l'un et l'autre de préter serment ?

Qu'elle voie quoi? Lily s'en doutais maintenant. Il lui semblait bien que le Russe avait un passé douteux, et pourquoi Dumbledore l'avait convoqué. Elle qui voulait en savoir plus sur son compte, elle n'était pas décue. Quant à faire un serment -inviolable, bien entendu-... Elle voulu en savoir plus, et questionna donc les deux hommes bien qu'elle se doute de ce qui se passait :

- Je ne risque pas de prêter serment si je ne sais pas pourquoi je le fais.

_________________
ma fiche de présentation
Et ici, tous mes liens!

N'hésites pas à me contacter, même si tes questions t'on l'air stupide ( alors qu'elles ne le seront jamais ). Je répondrais au plus vite!

Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Mer 7 Aoû - 19:40

Spoiler:
 

Le directeur fut surpris du ton sec sur lequel Nikolaï l'avait salué... Mais bon, en y réfléchissant bien, Nikolaï n'allait pas aborder un large sourire ainsi qu'un ton mélodieux : cette discussion, il devait s'en douter, n'avait rien d'une discussion sur la pluie et le beau temps !

- Nymphadora Tonks a eu vite fait de vous prévenir, je me doutais qu'elle le ferait. J'imagine que vous voulez des explications? Je me ferais une joie de vous les donner d'ici quelques instants, mais avant...

Dumbledore écouta Nikolaï puis une fois la phrase de ce dernier achevée, tout comme le Russe, le vieil homme observait le récipient qui venait de s'arrêter devant lui.

Le directeur n'avait jamais vu un objet pareil ! C'est pourquoi il se posait toute sorte de questions ayant pour chacune un seul but : comprendre à quoi pouvait bien servir un objet pareil !
Mais, là n'étais pas la question, Albus réfléchirait à ses interrogations lorsqu'il en aura le temps, pour le moment ce qui l'importait était d'en savoir plus sur l'attitude du Russe envers Nymphadora.

- Ecoutez-moi, Albus, ce que contient ce récipient doit rester un secret qui ne doit sortir de ce bureau. Il s'agit d'une question de vie ou de mort pour plusieurs centaines de personnes, dont je fais partie, mais également vous et tous ceux qui...ont rencontré une certaine personne.


- Cet objet attire en effet mon attention et je peux vous assurez que j'apprécierais que vous m'expliquiez ce qu'il contient lorsque vous en aurez le temps et surtout l'envie.

- Ce récipient contient des éléments tenus secrets de toute une vie. Cet avada kedavra était loin de cibler Nymphadora. Je ne doute pas un isntant que vous ne compreniez POURQUOI je l'ai lancé. J'aimerais que...

- Vous me dîtes que Nymphadore n'était pas la cible de l'avada kedavra ?! Je veux bien vous croire mais de ce cas, veuillez m'expliquer votre geste car je vous avoue mal comprendre la situation...

Albus vit s'avancer dans son bureau Lily abordant un visage tendu... 
Cette expression de visage se traduisait surement par la présence de Nikolaï dans le bureau et Lily devait penser ne trouver que Dumbledore mais maintenant qu'elle était entrer, elle ne pouvait plus reculer.
Le vieil homme la salue d'un signe de tête et l'invita à s'asseoir devant son bureau au côté du Russe.

- Je ne risque pas de prêter serment si je ne sais pas pourquoi je le fais.

- Je me joins à vous ma chère Lily, je ne prêterais aucun serment avant d'avoir des précisions sur l'objet de ce serment. Expliquez-vous mon cher Nikolaï.
Revenir en haut Aller en bas


Animateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Jeu 22 Aoû - 16:28

- Des précisions...vous voulez des précisions...Eh bien concernant le serment en lui-même,  il s'agit tout simplement de taire ce que vous verrez dans cette pensine. Quand à vous dire pourquoi...Vous devriez comprendre, Albus, si je vous dit que cela me concerne, ainsiqu'un ami que nous avons eu en commun il y a fort longtemps...Souvenez-vous, il s'agit de...

Les deux refusaient catégoriquement de préter serment. Ca sentait mauvais pour le Russe. Très mauvais. Il aurait pu envoyer ad patres deux adversaires, sans problème, et même faire disparaître leur corps, mais il n'aurait certainement pas le dessus face à Albus Dumbledore. A lui seul, cet homme comptait bien pour une dizaine d'adversaires...bien entraînés. Mais il lui restait une arme qui ne necessitait pas le conflit. Qui ne necessitait pas de se battre... Bon, il en avait plusieurs, en réalité, mais principalement une qui ne pouvait pas rater face à Albus Dumbledore. Lily...Ce ne serait que l'affaire d'un peu de psychologie à la russe. Son regard se posa à nouveau sur Albus, sa respiration devenant de plus en plus imperceptible. La cage thoracique de Nikolaï ne se soulevait presque plus lorsqu'il inspirait ou expirait. Sa voix grave devint carrément lugubre alors qu'il lâcha un nom et un prénom qui tombèrent comme des couperets dans le bureau, qui avait troqué son atmosphère habituellement chaleureuse pour une plus pesante et plus opressante.

-...Gellert Grindelwald.

Nikolaï savait certaines choses que personne d'autre que lui ou Albus Dumbledore (et Gellert Grindelwald)  n'était en posture d'apprendre. Il avait bien assez fait pour Grindelwald voilà bien des années (avant d'avoir quelques démélés avec Voldemort en personne, qui, soit dit en passant, lui avait mis la rouste de sa vie...Qui n'a repris que récemment) pour connaître les liens entre le directeur de Poudlard et le mage noir. Le récipient disparut dans la main du russe alors qu'il rangeait sa baguette a la place qui lui était propre. Le silence dans la pièce arracha un sourire au directeur-adjoint de Poudlard. Chaque seconde aurait pu paraître une heure ou chaque minute une semaine pour Albus. Il s'en contrefichait totalement. Le nom, lâché comme une bombe atomique dans le bureau habituellement sujet à une certaine quiétude, avait explosé toute possibilité de discussion. Nikolaï jouait très gros en utilisant directement son meilleur atout, il pouvait aussi bien déclencher la nostalgie que l'ire de Dumbledore, et ça, ce ne serait pas bon du tout pour ses affaires. Le directeur de Poudlard en colère, ce n'était pas franchement la chose la plus intelligente qu'il aie provoqué. Cependant, Lily ne comprendrait probablement qu'à moitié. Lorsqu'elle est morte, peu de gens savaient qui était Gellert Grindelwald, mais elle devait en faire partie, supposait Nikolaï. Les dossiers des élèves de Gryffondor étant restés dans les tiroirs du bureau à peu près intact de Minerva McGonnagal quand il y était entré après réparation de l'école. Lily était une personne sérieuse, mais surtout curieuse, et ça, il allait l'exploiter autant que faire se peut.

- Il est également possible que l'on y retrouve quelques petits secrets sur certaines formes de magie que vous n'enseignez pas ici. Et je ne parle pas de la magie noire, la réserve de la bibliothèque -ou ce qu'il en reste, tout du moins- est très bien documentée la dessus.

La magie de combat, sans être de la magie noire, était une branche particulière des arcanes, et d'après Nikolaï, tout auror se devait de maîtriser ce type de magie, quand aux autres, un peu ne leur ferait pas de mal. Comment vaincre un criminel sans avoir de moyen offensifs réels ? Avec des fleurs ? Non, l'ancien professeur de duels de l'institut Durmstrang était catégorique, il était nécessaire que celle-ci soit enseignée. Cependant, dans les souvenirs qu'il comptait révéler à Albus et Lily, il était parfois question de quelques scènes pour le moins...troublantes pour les petites natures, mais il ne mentait cependant pas. Certaines parties de ses souvenirs étaient des cours dans lesquels il révélait parfois quelques petites astuces...pour le moins dévastatrices.

- D'autres personnes et choses interviennent. Jedusor, Gregorovitch, Igor Karkaroff...Je n'en dirais pas plus, ce serait mettre en danger l'école si quelqu'un nous écoutait, ou si quelqu'un apprenait quoi que ce soit de plus.[/color][/b]

_________________


défis à faire:
 


défis faits:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Ven 30 Aoû - 9:13

-...Gellert Grindelwald


Ces deux mots retentirent comme un coup de marteau dans la tête du vieil homme ! 
Il ne se serait jamais douté que Nikolaï avait connu lui aussi cet homme du nom de Gellert Grindelwald... Cela s'annonçait donc très mal pour le grand directeur car il se rendait compte au fil des jours qu'il avait donné beaucoup de responsabilité à un homme pour le moins étrange voir dangereux... 


En effet, durant sa jeunesse, Albus Dumbledore s'était lié d'amitié avec le jeune Gellert Grindelwald mais cette forte amitié fut brisée du jour au lendemain lorsque les deux hommes s'eurent provoqué en duel... 


Ce duel (terrifiant et éprouvant), Albus ne l'avais jamais oublié... Et le directeur se doutait bien que Nikolaï avait invoqué ce nom dans le seul but de le déstabiliser (ce qui est le cas)... 
Mais, ne souhaitant pas donner l'impression à son nouveau directeur-adjoint qu'Albus se posait mille et une question, il se contenta de lancer un regard froid et perçant à Nikolaï tout en déclarant : 

- Vous savez ce que je pense de cet homme Nikolaï, nous n'allons donc pas épiloguer sur son sujet durant des heures entières, ainsi, je prête serment de ne révéler dans aucun cas les faits et gestes que vous souhaitez nous exposer... Si vous le souhaitez, je peux également demander aux différents personnages de mes tableaux de partir faire un tour afin d'éviter les oreilles indiscrètes... 
Revenir en haut Aller en bas


Auror stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Dim 1 Sep - 8:19

-...Gellert Grindelwald

Curieux, sans aucun doutes. Mais ce n'était pas vraiment étonant, quand on y pensait : Nikolaï avait vécu nombre d'années auparavant ( Gellert Grindelwald ayant été battut dans la jeunesse de Dumbledore ). Si le Russe était impliqué dans une affaire comme celle là, mieux valait être prudent. De plus, Nikolaï devait avoir d'exelentes raison pour divulger un secret aussi enorme que celui-là. Serait-il menacé? Cela expliquerait pourquoi il serait à Poudlard, cherchant la protection de Dumbledore. D'ailleurs, n'avait-on pas toujours dit que poudlard était l'endroit le plus sur au monde? Mais depuis que les mangemorts avaient réussis à pénétré dans le fameux collège, Lily n'en était pas si sure. Dans tous les cas, Nikolaï jouait à un jeu très glissant.

Il est vrai qu'elle en savait un peu plus que la moyenne sur Grindelwald. Tout d'habord avec les contacts qu'elle avait dans le passé ( par exemple Batilda Tourdesac et le frère de Albus, Alberfort ), mais aussi car Harry lui avait raconté l'histoire de Dumbledore.

Perdue dans ces pensée, Lily revint brusquement à la réalité lorsque la voix roque et grave du Russe continua :

- Il est également possible que l'on y retrouve quelques petits secrets sur certaines formes de magie que vous n'enseignez pas ici. Et je ne parle pas de la magie noire, la réserve de la bibliothèque -ou ce qu'il en reste, tout du moins- est très bien documentée la dessus.

Ca ressemblait de plus en plus à un suplication, se dit Lily. Cependant...

- Vous savez ce que je pense de cet homme Nikolaï, nous n'allons donc pas épiloguer sur son sujet durant des heures entières, ainsi, je prête serment de ne révéler dans aucun cas les faits et gestes que vous souhaitez nous exposer... Si vous le souhaitez, je peux également demander aux différents personnages de mes tableaux de partir faire un tour afin d'éviter les oreilles indiscrètes... déclara Dumbledore.

Lily fronca les sourcils. Pourquoi Dumbledore acceptait-il si facilement ? En effet, on pourrait penser qu'il était curieux de connetre l'implication de Nikolaï dans cette histoire avec Grindelwad, mais de la à mettre sa vie en danger pour connaitre un secret... C'était plutot louche. Pourtant, il avait certainement de très bonnes raisons de le faire, et si Dumbledore prêtait serment, elle le fairait aussi.

De fait, elle regarda Dumbledore, puis Nikolaï qu'elle toisa d'un air suspicieux. Puis elle haucha lentement la tête et dit:

-Je prête serment de même.

Nikolaï eu un sourire satisfait.


_________________
ma fiche de présentation
Et ici, tous mes liens!

N'hésites pas à me contacter, même si tes questions t'on l'air stupide ( alors qu'elles ne le seront jamais ). Je répondrais au plus vite!

Revenir en haut Aller en bas


Animateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Dim 15 Sep - 8:49

Les deux avaient prêté serment bien plus vite qu'il ne l'aurait cru. Du bout de la baguette de Nikolaï jaillirent trois serpentins diaphanes qui lièrent le poignet droit de chacun des trois protagonistes de cette scène puis disparurent en ne laissant comme seule trace de leur apparition une légère odeur de parchemin brûlé. Comme par miracle, la fiole réapparut dans la main du russe, qui, d'une petite impulsion du pouce, en fit jaillir le couvercle la pensine trônait contre le mur ouest, et Nikolaï s'en approcha très calmement, puis versa le filin noir d'encre dans le petit bassin qui semblait-être fait d'argent liquide flottant dans l'air. Au contact de la surface miroitante, le souvenir ainsi versé donna l'impression de devenir de l'encre rouge se propageant dans un liquide en petits volutes, la pensine dardant le plafond de rayons lumineux pourpres, puis, peu à peu, la surface de l'objet de divination redevint calme et les circonvolutions du souvenir se firent plus lentes, plus douces. Le directeur-adjoint n'hésita pas une seconde à se tourner vers Dumbledore et Lily qui s'étaient avancés jusqu'à lui.

-Fort bien...Ce que vous allez voir ici est une...biographie, en quelque sorte. Ne vous étonnez pas si vous rencontrez certaines personnes que vous avez déjà vues, ou si certains actes vous paraissent démesurés. Parfois ils seront expliqués avant, parfois après...Vous verrez.

Nikolaï prit la main d'Albus avec un calme et une délicatesse qui lui étaient propres lorsque les choses devenaient importantes, puis tendit sa main libre à Lily, qui la saisit à son tour. Le professeur d'enchantements et de sortilèges, le directeur et le directeur-adjoint n'eurent qu'un pas à faire pour se plonger dans les révélations qu'allaient leur offrir la surface miroitante qui exposait à leurs yeux une teinte rubis. La couleur de la souffrance. La couleur du sang. Il fallait bien le dire, Nikolaï n'avait pas franchement eu une vie facile.

Ensemble, ils replongèrent dans les méandres d'une vie de tourments et d'errances.  Les différentes scènes de la vie de Nikolaï s'enchaînaient les unes à la suite des autres, de son enfance dans les steppes gelées, recueilli par une famille de moldus loin de toutes formes de magie, à la première manifestation de ses pouvoirs par l'intermédiaire d'une explosion inexpliquée tuant un ours apparemment affamé et se sauvant d'une mort probablement douloureuse, jusqu'à ce qu'un élève de Durmstrang portant un écusson rouge vienne le chercher. Les adieux à sa famille d'accueil ne figuraient pas sur le tableau, et Nikolaï avait ses raisons pour ne pas les avoir mis. En revanche, sa visite de la ville entourant Durmstrang n'avait été qu'éludée et n'y figuraient plus que la sélection de sa baguette, de son animal (il avait choisi un faucon) et de son balai. La famille qui le prenait sous son aile était loin de faire partie des plus pauvres, il fut plus que correctement équipé.

Les choses se compliquèrent lorsque ce fut son apprentissage à Durmstrang qui fut révélé. Exercices physiques, magiques, duels des la première année, les corrections à répétition au moindre faux pas, la discipline d'acier qui était imposée aux élèves, les catastrophiques cours de potions, ses premières leçons de quidditch...Seuls les faits marquants de sa scolarité, de ses réussites à ses plus grands déboires étaient exposés, en plus des leçons de duels importantes dans leur intégralité, comme il l'avait promis. La complexité de la magie de combat résidait dans le timing parfait que le duelliste devait avoir autant que dans la manière d'apprendre à lancer des sortilèges informulés, art dans lequel il était passé maître. Puis vint l'heure fatidique ou il fallut montrer celui autour duquel avait tourné la persuasion. Gellert Grindelwald. A peine sorti de Durmstrang, Nikolaï avait été engagé dans l'équipe de quidditch de Russie -le souvenir ne montra qu'un extrait de match très cours au cours duquel un cognard qu'il avait renvoyé avait brisé la jambe du poursuiveur adverse et défoncé les gradins ouest- et était reconnu comme un des meilleurs duellistes qui ne soit jamais sorti de Durmstrang. Grindelwald l'avait contacté et lui avait exposé sa quête, Nikolaï avait pour sa part accepté. La baguette de sureau l’intéressait au plus haut point. Des années sur les routes, à chercher, à parler, à combattre...Un jour, Gellert lui proposa qu'ils se séparent, pour chercher plus efficacement. Karkaroff avait senti le coup fourré et bien qu'il aie accepté, suivit Grindelwald de loin. Un jeune homme blond, qui semblait ambitieux et talentueux au vu des premières manifestations magiques qu'il offrait, avait pris sa place aux côtés du mage noir. Nikolaï n'en avait cure : il avait retrouvé ce qu'il voulait. Mais Gellert le devança et en arrivant chez Grégorovitch, Nikolaï trouva son associé en fort mauvaise posture. Quatre sorciers défendaient le fabricant de baguettes blessé. Un mot de Grindelwald, un mouvement de poignet, et Nikolaï se défendit contre quatre adversaires. Trois tombèrent sous ses assauts, le quatrième résista tant bien que mal aux offensives aussi nombreuses que puissantes de celui dont les yeux semblaient devenus blancs.

La scène suivante, Nikolaï n'était plus simplement vêtu de sa cape ample, mais d'un costume noir. Le maquillage était de mise, tout différait de la première apparition de l'homme adulte, il ressemblait bien d'avantage à celui qui amenait Abus et Lily dans son passé. Trois hommes encapuchonnés, portant chacun un masque, et un autre, grand, aux cheveux châtains et au visage émacié, se trouvaient devant lui.

-Donne-moi ce que je veux et tu partiras en vie.
-Toujours aussi prévisible, Jedusor. Tu n'auras certainement pas cette pierre aujourd'hui. Ni jamais. Tes marioles masqués ne me font pas plus peur que toi, vous vous attaquez à un seul homme à « seulement » quatre ? Pitoyable...
- Rapportez-moi cette pierre!

La pierre de résurrection était toujours dans la poche de Nikolaï lorsque les trois hommes commencèrent a le bombarder de sorts, qui se brisèrent face au rempart qu'il offrait.Aucune faille dans sa défense ne laissait passer le moindre fragment de sortilège. Il restait stoïque, se protégeant des assauts répétés contre le bouclier qu'il s'efforçait de maintenir en place. La seconde entre deux sorts fut fatale à deux de ses opposants tandis que le troisième l'envoya voler dix mètres plus loin. Nikolaï n'avait pas lâché sa baguette, et même si le contact de son échine contre un séquoia probablement centenaire l'avait sérieusement blessé, il était loin de se laisser faire. Il transplana juste derrière son adversaire et le réduisit en cendres d'un sort dont la formule seule empestait la magie noire. Ereinté, il répondit encore et encore aux assauts de son ultime adversaire, mais sa blessure et la fatigue le firent flancher au mauvais moment. Un rai de lumière verte vint percuter son thorax. Nikolaï gisait à terre. Mort. Puis ce fut le noir pour quelques instants.


-Lily, Albus...Rien n'est terminé. La suite vous expliquera plus de choses. Mais pour le moment, il me semble que vous avez compris la vérité. Je ne peux pas être le frère d'Igor...Je suis son grand-père. Et ça, il ne le sait pas, lui. Ni les mangemorts.

_________________


défis à faire:
 


défis faits:
 
Revenir en haut Aller en bas


Auror stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Dim 22 Sep - 12:47

-Fort bien...Ce que vous allez voir ici est une...biographie, en quelque sorte. Ne vous étonnez pas si vous rencontrez certaines personnes que vous avez déjà vues, ou si certains actes vous paraissent démesurés. Parfois ils seront expliqués avant, parfois après...Vous verrez.

On aurait dit que le Russe prenait plaisir à faire planer le doute. Il s'approche de la pensine, suivi de la jeune femme rousse et d'un magicien à la longue barbe. Au passage, il prends la petite fiole, contenant le filet argenté.

Lily penche la tête et plonge dans la bassine, bientôt imitée par les deux autres. Une chute libre est engagée, elle atterri platement sur un sol inconnu. Elle aperçois deux ombres qui se matérialisent à côté d'elle : les deux hommes sont arrivés. Lily se demande bien ce qu'elle va pourvoir voir, et pourquoi on lui donne cette possibilité. Mais elle n'a pas le temps de réfléchir, brusquement, le reste du paysage apparaît.

Dans un jardin, on a l'impression que c'est l'hiver, mais rien est sûr. Le petit garçon qui ne ressemble en rien à Nikolaï se balade dans une forêt enneigée. Il est recueilli par un couple, qui n'a pas l'air de connaître ce que veut dire le mot baguette. Le petit n'a pas l'air heureux : il pleure.
La scène s'efface, et est rapidement remplacée par une autre. Le petit a peut-être pris quelques années de plus. C'est la première chose qu'on voit. Les formes blanches s'allongent pour former des arbres verts, mais le sol est toujours gelé. C'est la même forêt. Le petit se balade, mine de rien, comme si le froid n'avait pas d'influence sur lui. Une forme apparaît, qui s'avance vers lui. Elle prend l’apparence d'un énorme ours brin. Pas le moins du monde effrayé, le garçon s'écarte imperceptiblement du monstre. Trop tard, la vision d'un masse énorme fonçant sur un petit enfant sans défenses – apparentes – surgit aux yeux des trois sorciers, extérieurs à la scène, telle une projection de cinéma. Le petit soulève les bras pour se protéger. L'ours s'arrête brusquement, puis explose de lui-même. S'en suit d'autres scène, qui ce succèdent les unes des autres. Les trois assistent à la vie du Karkaroff, si lointaine. Rapidement, on arrive à son entrée à Durmstrang, où le visage du directeur illustre à lui seule toute la rigueur et la fermeté de la discipline inculquée là-bas. Ainsi, ils voient ces talents, en sortilèges informulés et Quidditch, ainsi que le duel. Plus les souvenirs avancent, plus le doute apparaît dans l'esprit de Lily. Elle ne reconnaît aucun des visages qu'on lui présente, et pourtant, même après 18 ans d’absence, sa mémoire est intacte. Tout à l'air beaucoup plus vieux que l'âge de Nikolaï. Finalement, on ne sait pas quel âge il a. Peut-être autant que Dumbledore, qui sait ? Où même que Nicolas Flamel – qui avait été très surpris de revenir à la vie Il paraît qu'il avaient déjà décédés, sa femme et lui -. Mais là n'était pas du tout le sujet, et Lily essaya de contrôler ses pensées pour les diriger sur ce qu'elle voyait.

Une scène de Quidditch, puis Grindelwad. Nikolaï ne devait pas avoir plus de 20-25 ans, à tout casser. Il était de tout au tout différent à celui qui se trouvait aux côtés de Lily et Albus. Mais Grindelwad aussi était jeune. Etait-il vraiment le frère de Igor Karkaroff ? Acceptant la proposition du magicien qui deviendra célèbre, Nikolaï leur révèle une scène surement très importante de sa vie. Peut-être la regrettait-il ? Mais peu importe, déjà les ombres s’effacèrent pour laisser place à une nouvelle scène. Lancés à la recherche des reliques de la mort, ils voyagèrent longtemps. Encore un changement de scène. Les deux se séparent, prennent des routes différentes dans un même but. Mais cela n'était apparemment  pas une idée judicieuse : voilà le Russe se battant contre quatre sorciers. En observant un peu plus attentivement la scène, Lily pu remarquer que le fabriquant de baguette, Grégorovitch, était recroquevillé dans un coin de sa propre boutique, regardant avec impuissance le combat féroce que menaient les sorciers.  Grindelwad, lui aussi était en mauvaise posture, mais il avait trouvé où pourrait être la baguette de sureau. Le Karkaroff avait déjà terrassé trois des quatre adversaires. Le reste du combat ne fut pas montré, encore une fois le paysage se dissous, et ai remplacé par un bureau. Autour, trois hommes qui étaient manifestement des mangemorts. Il y avait ensuite un Karkaroff très ressemblant à celui qui regardait ses propres souvenirs d'un œil impassible. Puis, quelqu'un qui ne pouvait être personne d'autre que Voldemort. Glacial, sa beauté d'antan avait complètement disparue, à la place, la magie noire avait tout détruit. Nikolaï était encerclé, mais il se tenait toujours, sûr du lui.

-Donne-moi ce que je veux et tu partiras en vie.
-Toujours aussi prévisible, Jedusor. Tu n'auras certainement pas cette pierre aujourd'hui. Ni jamais. Tes marioles masqués ne me font pas plus peur que toi, vous vous attaquez à un seul homme à « seulement » quatre ? Pitoyable...
- Rapportez-moi cette pierre!

Les trois hommes commencèrent à attaquer Nikolaï. Mais ils n'arrivaient pas à percer ses défenses, et lui, insensible, était complètement intacte. Finalement, à bout de nerfs, le mage noir qui assistait à la scène avec dédain se décida à agir pour faire bouger les choses. Après quelques sorts jetés, le bouclier qui entourait Nikolaï se fissura. Voldemort jeta un ultime sort, le même qui avait tué Lily, le même qui avait tué Albus. Nikolaï s’effondra, mort.


Soudain, comme tirée d'une profonde réflexion, Lily fut extirpée des souvenirs du Russe. Elle réfléchit à toute vitesse, comme elle savait le faire. Plusieurs questions avaient germées dans sa tête embrouillée lors du souvenir. Tout d'abord : quel âge avait réellement Nikolaï ? Et puis, pourquoi leur montrait-il ses souvenirs ? Les deux, elle les comprit à ce que dit le Karkaroff ensuite :

-Lily, Albus...Rien n'est terminé. La suite vous expliquera plus de choses. Mais pour le moment, il me semble que vous avez compris la vérité. Je ne peux pas être le frère d'Igor...Je suis son grand-père. Et ça, il ne le sait pas, lui. Ni les mangemorts.

Donc, il était son grand-père. Ce qui voulait dire qu'il avait eut une femme, ou alors une aventure, dans le passé. Plutôt le deuxième, parce que Igor n'était pas au courent. Voilà qui réglait la première question. Quand il était mort, Nikolaï devait avoir dans la cinquantaine, voire plus. Le même âge que maintenant. Et la deuxième question...

-Donc, vous attendez de nous qu'on vous protège contre les mangemorts qui vous poursuivent ?

Lily n'avait pas dit ça d'un air de reproche, ni comme si elle venait de découvrir le pot-aux-roses, mais simplement une constatation. Si ça se trouvait, ce n'était pas les réelles intentions du Russe.
Ils étaient revenus près du bureau, Albus était impassible, perdu dans ses réflexions. Nikolaï, lui, n'avait pas l'air très à l'aise. Contrairement à ses habitudes.

_________________
ma fiche de présentation
Et ici, tous mes liens!

N'hésites pas à me contacter, même si tes questions t'on l'air stupide ( alors qu'elles ne le seront jamais ). Je répondrais au plus vite!

Revenir en haut Aller en bas

Invité


MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Mer 30 Oct - 11:09

-Fort bien...Ce que vous allez voir ici est une...biographie, en quelque sorte. Ne vous étonnez pas si vous rencontrez certaines personnes que vous avez déjà vues, ou si certains actes vous paraissent démesurés. Parfois ils seront expliqués avant, parfois après...Vous verrez.

Une biographie... Ce mot intriguait le grand directeur... Si l'homme qu'il avait nommé directeur-adjoint s'apprêtait à mettre à plat toute sa vie devant le grand homme ainsi que la jeune femme, Lily Evans, c'est qu'il n'en avait pas le choix. 
Albus, paru songeur ; en effet, Nikolaï a bien dit qu'à travers cette courte excursion dans le temps les deux témoins seraient amenés à observer certaines personnes qu'ils avaient déjà vues et être témoin d'actes parfois démesurés... Qui pouvaient-être ces personnes ? Et quels sont ces actes parfois démesurés ? Ces questions se bousculaient dans la tête du vieil homme. 
Pourtant, malgré cela, le grand homme n'étais pas ignorant : en effet, il s'attendait à voir surgir dans le passé sombre de Nikolaï le visage blanchâtre et abîmé de Tom Jesudor lui-même. Albus se doutait que les événements et discussions dont Lily et lui-même allaient faire face dans un instant allaient éclaircir bien des points...

Albus Dumbledore observait les différentes scènes que lui offrait la pensine. 
Il fut surpris d'apprendre que le russe avait été recueilli par une famille de moldu... 
En apprenant ceci, le vieil homme venait d'appuyer sur un point important du personnage de Nikolaï : si ce dernier avait été recueilli par une famille, cela laissait croire que ses parents biologiques étaient décédés où l'avaient abandonné... Le grand directeur ne serait pas surpris que l'explication soit le décès. En effet, à l'époque, Voldemort régnait en maître et il était courant de voir ici et là des familles disparaître... 

Après avoir analysé le second tournant de la vie du russe, Dumbledore ne fut absolument pas surpris de la façon dont s'était déroulé les années d’apprentissages de Nikolaï au sein de l'école de sorcellerie Durmstrang... En effet, en devenant directeur, Albus s'étais juré de veiller personnellement à ce que les méthodes pour le moins brutal de Durmstrang ne soient pas répétées à Poudlard. Et cela, le vieil homme y avait toujours veillé... Peut-être est-ce pour cela que son école était si glorieuse autrefois... 
Ainsi, au lieu de se questionner sur le déroulement des études de Nikolaï, Albus se contenta de regarder les réactions mais aussi et surtout, les talent de cet homme étrange.
Soudain, au fur et à mesure que les événements de la vie de Nikolaï défilaient sous les yeux du grand homme, ce dernier arqua un sourcil au moment où il vit le russe conclure un marché avec Grindelwald afin de retrouver la baguette de sureau. Cette baguette, Albus la conaissait mieux que personne ; pour la simple et bonne raison qu'il en avait été durant de très longues années le propriétaire... C'est pourquoi, Dumbledore ne fut par surpris des recherches acharnées du russe en quête de grandeur...
-Donne-moi ce que je veux et tu partiras en vie.
-Toujours aussi prévisible, Jedusor. Tu n'auras certainement pas cette pierre aujourd'hui. Ni jamais. Tes marioles masqués ne me font pas plus peur que toi, vous vous attaquez à un seul homme à « seulement » quatre ? Pitoyable...
- Rapportez-moi cette pierre!

Tout comme Albus l'avait pensé lorsque Nikolaï leur avait parlé de certaines personnes aux actes parfois démesurés, l'apparition de Tom Jesudor était tout à fait justifié. Tom Jesudor, plus connu sous le nom de Voldemort, Dumbledore le connaissait comme son propre fils. Le penchant de cet être maléfique vers les forces obsurs avait toujours effrayé le vieil homme. Ce dernier avait tenté par tous les moyens de résonner Tom Jedudor mais ce dernier, obsédé par le contrôle du monde, n'avait rien voulu entendre. La pierre avait des raisons d'attirer Voldemort, en effet, aucun sorcier n'était sans savoir qu'elle permettait de faire revivre les morts. Le fait que Jesudor en soit le propriétaire aurait engendré un monde encore plus sombre qu'il ne l'a déjà été... En effet, avec cette pierre, le mage noir pouvait faire revivre ses anciens sujets morts au combat où tués par lui-même... A l'époque, Jesudor était déjà un homme très colérique qui n'hésitait pas à tué ses plus fidèles sujets si ces derniers ne lui apportait pas satisfactions... Il avait ainsi, torturé longuement puis tué un nombre important de ses serviteurs... Il regrettait certaines de ces exécutions car il les avait effectué sous le coup de la colère ce qu'y avait engendré la perte de Mangemort très puissant...

Albus observa les attaques des trois hommes envers Nikolaï et fut très surpris de voir la puissance du russe à résister à des hommes aussi puissants... Le vieille homme en était persuadé : Nikolaï Karkaroff était un sorcier très puissant et cette puissance, Albus ne devait en aucun cas la négligée.

-Lily, Albus...Rien n'est terminé. La suite vous expliquera plus de choses. Mais pour le moment, il me semble que vous avez compris la vérité. Je ne peux pas être le frère d'Igor...Je suis son grand-père. Et ça, il ne le sait pas, lui. Ni les mangemorts.

Cette révélation déstabilisa Albus... Ainsi, Nikolaï était le grand-père d'Igor ! Cette révélation de la part du russe était très surprenante pour la simple et bonne raison qu'il la faisait à Albus et Lily alors que son petit fils lui-même n'est pas au courant... Cela ne prouvait qu'une chose : Nikolaï leur faisait confiance...

De retour près du bureau, Albus était perdu dans ses réflexions... Il venait d'être témoin de moments très importants de la vie du russe dont le vieil homme ne se serait jamais douté... Et beaucoup de questions se bousculaient dans la tête du grand directeur... Pour la plupart, il savait que les réponses seraient simples mais pour d'autres, seul Nikolaï pouvait y répondre... Le visage renfermé et impassible, Dumbledore se contente d'observer Nikolaï un bref instant pour ensuite croiser le regard de Lily Evans. Que pouvait penser la jeune femme ? Elle devait être aussi abasourdie que le vieil homme bien que, certaines choses aies dû lui échapper...
Revenir en haut Aller en bas


Animateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Dim 2 Fév - 13:56

-Miss Evans, si j'avais besoin de défense contre des mangemorts, j'aurais construit un véritable bastion et constitué ma petite armée personnelle, et croyez-moi que les sept autres élèves de Durmstrang de ma promotion encore vivants ont à peu près la même puissance que moi, auquel cas, il est inutile de dire qu'à nous huit, nous n'aurions eu aucun problème à nous défendre.

Nikolaï avait un petit sourire carnassier, presque amusé par l'idée de Lily. Les mangemorts, il n'en avait pas peur. En revanche, Grindelwald... Un petit peu, qui sait de quels coups par derrière était capable le mage noir? Le russe avait beau être un usager habitué à la magie noire, certes, il n'en était pas moins un sorcier loyal. Jamais il n'avait su donner un coup en traître. Jamais la seule idée de tuer quelqu'un de manière déloyale n'avait seulement traversé son esprit. Cependant, il fallait bien avouer qu'avec Grindelwald, il fallait s'attendre à tout, et il faudrait probablement ne pas essayer de compter sur la loyauté de l'ancien ami commun de Nikolaï et d'Albus.

-Albus, vous connaissez un petit peu la famille, je parle évidemment d'Igor, et un de mes vieux amis, puisque vous en avez été très proche à un moment, et vous savez que mes connaissances ne sont pas des tendres. Cependant, ce que j'attends de Poudlard, c'est simplement qu'elle reprenne sa grandeur passée. Parce que si vous voulez en voir surgir par centaines, des Grindelwald et des Jedusor, l'Angleterre est bien partie. En revanche, il existe un certain nombre de cours que vos enseignants ne sont pas capables de dispenser, et je comptais bien mettre à profit ma formation d'occlumens et de duelliste pour que les jeunes sorciers ne commettent pas à nouveau les mêmes erreurs que d'autres sorciers du passé dont la rigueur était à revoir.

Nikolaï entama une série de pas lents, mesurés, qui l'amenèrent jusqu'au bureau de Dumbledore sur lequel il s'appuya tranquillement tandis que son regard se plantait dans celui d'un portrait, accroché au mur, qui le détaillait depuis presque deux minutes. Très vite, l'homme aux cheveux gris et au chapeau melon détourna le regard, et s'en alla même jusqu'à changer de cadre. Il fallait reconnaître qu'un Nikolaï contrarié, en attente d'une réponse, et passablement énervé d'avoir du livrer des souvenirs qu'il ne comptait garder qu'en dernier recours, n'était pas franchement la chose la moins effrayante que l'on puisse voir dans sa vie, c'était plutôt à mi-chemin entre l'effroi de savoir que l'on a un basilic dans le dos, ou celui d'être conscient qu'a moins de deux mètres, un dragon peut à tout moment nous carboniser l'arrière-train, cape ignifugée comprise parce que tout de même, ça reste un dragon.

- Inutile de vous préciser qu'il ne sera certainement pas question de magie noire durant mes cours. Il faut une discipline d'acier pour la manier sans être corrompu, et autant je pourrais danser avec un feudeymon, autant je doute qu'un seul élève puisse seulement en tenir un en laisse.


Le poing de Nikolaï s'abattit sur le bureau. Non, il ne se sentait pas bien. Pas à l'aise. Pas à l'aise du tout. Malgré tout le mal qu'il se donnait pour le cacher, il ne pouvait contenir éternellement sa colère, mais surtout, il ne pouvait réussir à masquer ses réelles intentions plus longtemps. Excellent occlumens et legilimens doté d'une discipline en béton armé, Nikolaï n'était cependant pas un homme patient, et encore moins quand les situations se compliquaient sauvagement, comme ici. Sa baguette jaillit dans sa main et avant même que quiconque aie eu le temps de dire quoi que ce soit, il la passa contre son avant-bras et la chair s'ouvrit comme un fruit trop mur suivant l'extrémité de la baguette d'ébène. Le sang coulait de son bras meurtri, mais ne touchait pas le sol. Les gouttelettes écarlates restaient en lévitation cinquante centimètres sous leur point de chute. Un simple sortilège d'évanesco suffit à les faire disparaître, et il soigna son bras dans la foulée. Il lui fallait un exutoire, et la douleur en était un parmi ses favoris. Il faut dire que c'est ainsi qu'il avait appris à passer ses nerfs, et ce depuis son enfance? Une des scènes contenues dans ses souvenirs évoquait d'ailleurs une de ces flagellations. Le jeune Nikolaï n'avait pas complètement disparu de l'esprit de cet homme mystérieux venues des steppes glacées d'un pays considéré comme un asile de fous par tous ceux qui n'y avaient pas vécu ni même séjourné. Certes, L'institut Durmstrang était parmi les écoles de sorcelleries les plus strictes et dans lesquelles l'enseignement était le plus mené "à la dure" (si ce n'est pas la première du lot), mais il n'était pas une question de folie. Les élèves de Durmstrang étaient parmi les plus puissants sorciers qui existaient en ce monde, et cela, chacun le savait parfaitement. Nikolaï papillona des yeux un instant. C'était la première fois qu'il évacuait son trop plein d'émotions en public, et Lily, ainsi qu'Albus, le regardaient avec un mélange d'incrédulité, d'interrogation, mais aussi de suspicion.


-Il...Fallait que je...me calme un peu, veuillez accepter toutes mes excuses, je n'ai, il me semble rien sali...C'est au moins ça. Bref. Cet Avada Kedavra, pour en revenir à notre sujet de discussion principal, lancé sur Nymphadora Tonks, n'avait pour but que de mettre en garde certaines personnes. L'endroit dans lequel nous nous sommes rencontrés regorge de partisans de feu Voldemort. C'est une menace éliminée, maintenant, mais Grindelwald, lui, est encore en vie. Une des reliques a disparu. Mais un mage suffisamment puissant pourrait la faire revenir à l'existence. C'est pourquoi il est IMPERATIF que les sorciers de votre contrée, puisque les trois reliques y sont réunies, quoi que légèrement abimées ou perdues, soient capables de les protéger et de se prémunir contre lui. Maintenant, je n'ai plus qu'une seule question : approuvez-vous ou non ma vision des choses, Albus, ou préférez-vous laisser les jeunes sorciers anglais subir le même enseignement qu'auparavant sans protection face aux risques qui existent encore? Croyez-moi, je préfère affronter Voldemort que Grindelwald. Il est beaucoup plus fier et loyal. Beaucoup moins...Dangereux.

_________________


défis à faire:
 


défis faits:
 
Revenir en haut Aller en bas


Auror stagiaire
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ] Jeu 27 Fév - 14:43

La fierté du Karkaroff lui ferait sans doute un jour des mauvais tours.
Lily essayait de regarder la scène d'un œil extérieur, et de la juger objectivement. Le russe n'était pas décidé à énoncer ses intentions clairement, et cela, Lily ne le comprenait pas. Pourquoi parler en énigmes ? Il était ici à un point de non-retour. Ca paraissait évident, c'était la seule chose dont Lily était certaine. Nikolaï leur avait dévoilé des bribes de son passé plus qu'importantes. Et ce n'était pas gratuit, ça aussi, elle en était sure.

-Albus, vous connaissez un petit peu la famille, je parle évidemment d'Igor, et un de mes vieux amis, puisque vous en avez été très proche à un moment, et vous savez que mes connaissances ne sont pas des tendres. Cependant, ce que j'attends de Poudlard, c'est simplement qu'elle reprenne sa grandeur passée. Parce que si vous voulez en voir surgir par centaines, des Grindelwald et des Jedusor, l'Angleterre est bien partie. En revanche, il existe un certain nombre de cours que vos enseignants ne sont pas capables de dispenser, et je comptais bien mettre à profit ma formation d'occlumens et de duelliste pour que les jeunes sorciers ne commettent pas à nouveau les mêmes erreurs que d'autres sorciers du passé dont la rigueur était à revoir.

Il semblait bien à Lily que Severus était occlumens, ainsi que duelliste. Si Nikolaï, qui avait aidé à remettre l'école de Poudlard sur pieds, proposait ses services en tant que professeur dans ces disciplines là, c'est qu'il y avait quelque chose qui ne collait pas. Mais peu importe pour le moment. Ce que voulait Karkaroff en ce moment même, c'était rester dans Poudlard. Lily ne savait pas si il était sincère lorsqu'il parlait de remettre sur le droit chemin les nouveaux élèves. Sortant de sa bouche néanmoins, elle y cru.
Elle observa encore une fois le russe. Il était maquillé de manière très pointilleuse. Son visage laissait deviner qu'il avait mis du temps à se préparer à la visite. Il portait le même type d'habit que lorsqu'ils s'étaient vu pour la place de professeur : costard, une sorte de canne qui s'appuyait avec élégance sur la table. Un haut-de-forme qui laissait voir des cheveux plaqué de laque sur le crane. Un air glacial dans les yeux et une voix calme. Étrangement calme, plus exactement.
D'ailleurs, le ton de la voix de l'homme était monté d'un cran durant son monologue. La jeune femme ne l'avait pas remarqué avant, mais le masque serein que le Karkaroff arborait au début de la discution s'était un dissipé. Il laissait place à un air colérique. Ses sourcils bronzés au crayon formaient une forme en V parfaite, les coins de sa bouche s'affaissaient si ce n'était ses lèvres qui fuyaient dans sa bouche dans un pincement agacé. Ca ne se passait pas comme il voulait.
Le russe fit alors une action assez curieuse.


Il sorti sa baguette est se fit une coupure profonde au niveau du poignet. Il grimaça un peu, rangea ce qui semblait lui avoir servi de poignard et reprit, troublé :

-Il...Fallait que je...me calme un peu, veuillez accepter toutes mes excuses, je n'ai, il me semble rien sali...C'est au moins ça. Bref. Cet Avada Kedavra, pour en revenir à notre sujet de discussion principal, lancé sur Nymphadora Tonks, n'avait pour but que de mettre en garde certaines personnes. L'endroit dans lequel nous nous sommes rencontrés regorge de partisans de feu Voldemort. C'est une menace éliminée, maintenant, mais Grindelwald, lui, est encore en vie. Une des reliques a disparu. Mais un mage suffisamment puissant pourrait la faire revenir à l'existence. C'est pourquoi il est IMPERATIF que les sorciers de votre contrée, puisque les trois reliques y sont réunies, quoi que légèrement abimées ou perdues, soient capables de les protéger et de se prémunir contre lui. Maintenant, je n'ai plus qu'une seule question : approuvez-vous ou non ma vision des choses, Albus, ou préférez-vous laisser les jeunes sorciers anglais subir le même enseignement qu'auparavant sans protection face aux risques qui existent encore? Croyez-moi, je préfère affronter Voldemort que Grindelwald. Il est beaucoup plus fier et loyal. Beaucoup moins...Dangereux.

Lily décida de prendre la parole, parce qu'elle ne pouvait pas s'en empêcher.

-Si cette école existe, et ce depuis toujours, c'est pour préparer ses élèves à pouvoir se débrouiller seuls une fois qu'ils seront dehors. Si vous êtes venus ici, en allant jusqu'à perdre votre sang-froid – elle posa un regard neutre sur le poignet de l'homme – simplement pour nous en rappeler le but, ca m'intrigue. A moins qu'il y autre chose.

Sa voix était posée, sincère, mais surtout, intriguée. Le doux redressement mielleux qu'on pouvait parfois entendre de la bouche de femmes habillées tout en rose, et portant un affection particulière aux chats, ce ton là ne s'entendait pas dans la voix de Lily Potter.

Elle voulait surtout savoir comment il réagirait face au pic qu'elle venait de lui lancer. Elle ne le connaissait pas, mais elle croyait maintenant voir une partie de se qui se trouvait en dessous de ce masque que portait. Malgré tout, elle savait qu'elle jouait avec le feu. Nikolaï était particulièrement lunatique. En tous cas, elle le pressentait. Et les gens lunatiques sont des gens dangereux.

_________________
ma fiche de présentation
Et ici, tous mes liens!

N'hésites pas à me contacter, même si tes questions t'on l'air stupide ( alors qu'elles ne le seront jamais ). Je répondrais au plus vite!

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pour mettre les choses au points... [Nikolaï Karkaroff - Lily Evans ]

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» plan pour mettre fin à l’ exclusion de la Diaspora haïtienne et de l’arrière-pay
» Shootout !!! TRES IMPORTANT
» Aide pour mettre un avatar ou une bannière
» [FB]Certain vont à Lunveel pour faire la fête...moi j'y vais pour te faire cracher tes dents
» Pour mettre la main à la patte.

Revivisco ~ le nouveau sortilège :: Portoloin :: Poudlard :: Les bureaux privés :: Le bureau du directeur-